Statistiques 2018

Ou en sont le site et le livre à la fin de l’année 2018 ?

Comme dans les blagues, j’ai une bonne et une mauvaise nouvelle à vous apprendre.

Je commence par la bonne : une lecture en demi-teinte.

Et je finirai par la mauvaise : une lecture bien plus délavée.

Commençons donc par les deux pages de statistiques ci-après, d’une lecture en demi-teinte :

Vous voyez d’abord, ci-dessous, une première statique par mois de l’année 2018 suivie d’une statistique sur l’année. Dans la statistique par mois, nous pouvons voir, par exemple, que pour le mois de novembre (couleur orange), le site a connu 707 vues (nombre de pages regardées) et 284 visiteurs, c’est-à-dire le nombre d’ordinateurs utilisés différents (si quelqu’un va plusieurs fois sur le site, cela n’augmente donc pas le nombre de visiteurs). Mais si une personne veut montrer à quelqu’un sur son propre ordinateur par exemple la petite animation d’Anna Lietti, le nombre de visiteurs réels aura augmenté sans qu’on puisse le voir (puisque sous visiteurs n’est reconnu que le nombre d’ordinateurs différents).

On peut voir dans ces statistiques par mois qu’en dehors de février (suite à la sortie du livre), de juillet et de septembre (où j’étais en vacances), le nombre de vues et de visiteurs a augmenté régulièrement.

Sous « Commander le livre »  nous voyons que 75 personnes ont cliqué sur cette rubrique au mois de novembre (toujours en orange), ce qui ne nous renseigne cependant aucunement sur les personnes qui ont acheté des livres dans leur librairie, sur Amazon ou un autre site d’achat en ligne.

statistiques 2018 2

 

Pour ce qui est de la statistique sur l’année, on peut voir qu’il y a eu 4438 vues et 1620 visiteurs.

stats 3

Assez cocassement, il y a eu des visiteurs dans 42 pays (en jaune). Par exemple la Corée du Sud, alors que le coréen ne figure pas dans les  langues du livre, au contraire du portugais et du russe où l’on ne voit aucun visiteur.

statistiques 2018

Et maintenant la mauvaise nouvelle : une lecture bien plus délavée :

En réalité si l’augmentation du nombre de vues ou de visiteurs a augmenté durant l’année 2018, c’est avant tout parce que j’ai envoyé un grand nombre de mails (à des associations de traducteurs, des librairies, des lycées, revues de presse, bibliothèques, etc) et, dans une plus faible mesure grâce à de nouveaux articles de journaux (ou à l’animation d’Anna Lietti). J’ai fait tout cela parce que mon éditrice n’a pas fait la moindre diffusion en France ni trouvé par elle-même un seul journal. De surcroit, malgré des demandes répétées, elle n’a jamais daigné me répondre sur le nombre d’ouvrages tirés ou vendus.

Si je m’en tenais à mon égo (devrais-je dire mon ergot), « je me la peindrais » comme disent les Italiens pour « se la jouer ».  Car j’ai maintenant bientôt épuisé mes listes de mails concernant des personnes suceptibles d’être intéressées et, de plus, mon serveur m’a donné un premier avertissement pour abus de mails, où je ne suis pas loin d’être blacklisté, c’est-à-dire de passer pour un spammeur en liste rouge (ce qui se comprend dans notre monde actuel d’une abondance exponentielle de mails, même si, dans mon cas ce n’est pas très juste, car je n’ai pas cherché à vendre un aspirateur ou un savon anti-ride à des libraires ou des traducteurs).

Bref, le « bouche à bouche » (notre « bouche à oreille » en brésilien) a un peu manqué de souffle. Et à moins d’un article d’un grand journal, l’année 2019 pourrait bien « s’en aller en eau de morue » (cette fois ce sont les Portugais).

Mais sait-on jamais (comme on dit dans toutes les langues)… Et il reste toujours la piste pistonnage d’un(e) gentil(le) journaliste,  ou celles de journaux importants en lignes (il y en a 2700 rien qu’en France).

 

Bonne année à tous